Morphine - Varien, Various Artists. (MonsterCat)

C'est quoi une relation « toxique » ?

C'est un peu comme cette tache rouge vif sur votre beau chemisier blanc cassé que vous reconnaissez. Parce que vous l'aviez vu au moment de commander ces fabuleuses spaghettis bolognaise à l'ancienne.

Vous saviez que c'était presque inévitable, mais c'est trop bon. 

Même si ça tache, et que ça ne part pas.

Cette tache tomate est une tache sang, que vous vous êtes fait à vous même. Parce que vous vous faisiez régulièrement violence pour supporter, porter, ingérer cette relation que vous trouvez bonne. Quel plaisir que cette saignée régulière. Ce n'est pas une purge, c'est une descente d'organes. Et au final vous êtes la seule personne qui souffre.

Le souffre c'est ce minéral qui vous asphyxie très lentement. Jusqu'à vous contaminer l'ensemble du système respiratoire. C'est exact, votre souffle coupé n'est pas du tout une bonne nouvelle. Vous crevez. Vous crevez de cette relation qui s'essouffle avec votre rythme cardiaque qui bat vos tempes et votre temps que vous n'avez plus. 

Il vous faut sortir de là.

Il est temps de lâcher, et de vous faire dessus. Oui, c'est ça. Cela fait trop longtemps que vous retenez en dedans. Vous en avez assez chié.

Au moment où vous ne tenez plus, c'est chaud, et humiliant. Mais vous ne pouviez plus. Et ce n'est pas l'odeur, ce n'est pas la sensation collante entre vos jambes. Ce n'est plus la sensation d'impuissance, ce n'est plus la défaite face à vous même.

Non, c'est percevoir chez l'autre, dans son regard, l'attitude blasée. La même que celle de votre professeur de sport qui s'attendait à ce que vous ne parveniez pas à faire le tour du stade en moins de dix minutes. Ce n'est pas la déception, c'est la découverte que la personne n'a jamais cru en vous. 

Elle n'y a jamais cru. Et vous êtes cuite. 

Sortez vous du feu, et dégustez.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi j'aime regarder "300" en secret.

"Bête Noire - Condamné à plaider" - Me Eric Dupond-Moretti et Stephane Durand-Souffland

De mon addiction