Open - Regina Spektor


Avec des scies, tu coupes les pontificales pensées de ton ego malheureux. Tu te regardes les cils et pas de faux pour trancher les pupilles cernées de noir.
Tu te rêves et raides sont les réveils devant le miroir brisé.
Ce n'est pas toi. Ce n'est jamais vraiment toi.

Et tu clac-clac le sol sur échasses de la confiance optimisée.
Et c'est la musique qui confond tes sentiments. ça fait bientôt 4 heures que tu zappes pour trouver le bon morceau de toi dans tout ce bordel. Mais non. Une chanson ne survit pas plus d'une minute entre tes clics.
Et tu clac-clac le sol sur échasses de la confiance optimisée.
ça tache ta peau. ça teinte l'humeur. 
Attente sous fond d'ironie.
Tu prolifères petit champignon, et tu comprends que tu n'as jamais aussi bien portée ton nom.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi j'aime regarder "300" en secret.

"Bête Noire - Condamné à plaider" - Me Eric Dupond-Moretti et Stephane Durand-Souffland

De mon addiction