Take Me Away - Avril Lavigne

Quand on était petit, on voulait grandir. Et quand on approche des grands, on veut rétrécir. Passer entre les mailles de polyester des nouveaux ensembles pour la grosse laine de nos déguisements. On rentre pas encore dans ce nouveau costume qu'il faut enfiler. Il est pas cousu par maman ou par papa. Il est pas acheté dans de la foir'fouille. Il est pas moins faux et clich'ton mais il est plus cher, plus lourd. Et celui-là, c'est pas la fantôme devant la porte qui demande des bonbons, celui-là, il fait vraiment peur. Celui-là, quand on se voit dedans, c'est pas "qu'elle est mimi cette sorcière", c'est "ça y est, on te prend au sérieux."

Ci-dessus un beau T-shirt d'Evanescence, ouais. Trop SWAG !
Oui y a le costume de clown aussi, mais c'est tellement attendu...

Tu peux jouer, tu peux jouer même très sérieusement. Tu vas juste devoir fondre le masque à ta peau. Et l'arracher durant le rôle c'est impossible, sauf si tu veux faire venir la chair et les dents avec. Ce n'est pas suffisant, non, ça ne l'est pas. It's not enough it's not enough to get me!
C'est en rentrant que les vêtements te tombent aux chevilles, que la sueur d'une journée où tu n'étais pas tout à fait là rejoint le carrelage. Tu te rejoins, toi qui attendait la fin de ces heures à faire, au fond de ton canapé. Tes chats, eux n'ont pas bougé. Et ils ne t'attendaient pas vraiment. Ils ronronnent et n'ont sûrement pas idée de ce que doit vivre une louve qui travaille comme chien de garde.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi j'aime regarder "300" en secret.

"Bête Noire - Condamné à plaider" - Me Eric Dupond-Moretti et Stephane Durand-Souffland

De mon addiction