Manger à sa fin.


Manger. Manger. Manger. Occuper le temps et manger. Dévorer l’ennui. Grossir et gonflée du vide qui affame. Une non-faim sans fin. Boucher les artères pour un estomac en grève et un temps qui tourne avide. Peut-être écœurer l'émulsion.


"Irrécupérable [...] Approchez les soupières et les assiettes! [...] Trop petites, [...] trop plates." Marina Tsvétaïeva 6 janvier 1934.

La suite sur WordPress

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

My Brother.

Quand j'ai décidé d'arrêter de croire que l'ambition ça voulait dire "au dessus de vous tous.tes"