Et sinon?

Je veux devenir écrivain. Pour des raisons diverses et personnelles propres aux mégalos que sont les écrivains. Mais aussi pour avoir une machine à écrire. Oui cela n'est pas une obligation ni une causalité matérielle logique. Mais dès que j'ai perçu le désir d'écrire sur du papier, je l'ai d'abord fait sur l'ordinateur puis à la main. J'aime le bruit des touches et j'aime l'encre qui se laisse dessiner sur le papier. A la manière d'un tatouage ou d'une plume d'encre sur un mouchoir en papier... La machine est un compromis idéal.
J'ai cette envie aussi car pour moi qui pratique la guitare, la machine à écrire est aussi une sorte d'instrument artistique. Elle a son propre rythme et sa propre manipulation. Son style diffère selon les mains qui la touchent. On pourrait lui associer le piano par sa forme également, mais la machine est un instrument unique qui ne possède pas d'accords possibles en dehors de cette encre qui s'allie au papier. Si l'on est trop pressé, les barres s'entrechoquent et aucune lettre ne sort, juste un son sourd et coincé. Pour que la musique opère, il faut patienter et laisser chaque touche venir marquer son temps. Chaque être vivant possède un rythme, cardiaque certes, mais aussi un rythme de vie. Chacun a sa musique.
Et la machine à écrire, à l'instar d'une guitare, est là pour retranscrire le rythme de notre corps en émotion artistique. Je veux pouvoir écrire ma musique en histoire.


Commentaires

  1. L'oreille qui panse20/11/12

    Il est vrai que la machine à écrire possède sa musique, son rythme et je pense que je ne me séparerai de la mienne(héritée de mon grand-père) pour rien au monde. Mais le plus difficile reste aujourd'hui de trouver les rubans encreurs. Cela se fait de plus en plus rare et coûte malheureusement une fortune à l'instar des pellicules pour les anciens polaroids.

    Je te souhaite d'en trouver une qui aille avec ton rythme.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

"Bête Noire - Condamné à plaider" - Me Eric Dupond-Moretti et Stephane Durand-Souffland

Pourquoi j'aime regarder "300" en secret.

Fille de France